Tuesday, January 24, 2012

Le visage de l'ignorance

Le Scoop (Le scoop - festival européen de journalisme) affiche sur son site quelques lignes en souvenir du journaliste Gilles Jacquier, qui avait reçu le grand prix Calderon du scoop en 2009. Ce travail remarquable à Kandahar m'a choqué à plus d'un titre. Cependant, au sujet Zizza, brûlée vive à 14 ans par sa belle-famille, j'ai eu un spasme violent à l'écoute de cette phrase (voir le documentaire) "...tout cela, c'est le résultat d'une société pleine d'ignorance".

Plusieurs heures après avoir vu et entendu ça, je tremble encore devant mon clavier. Je tremble de rage, je tremble d'impuissance, et je pleure pour ces destins que je ne peux aider ou améliorer, ces souffrances inutiles.

Le terme ignorance est mal choisit: un ignorant ne va pas chercher sans le savoir de l'acide sulfurique, un ignorant ne va pas monter une embuscade et arroser d'essence sa belle-fille, sa femme, sa soeur. Un ignorant n'ignore pas le mal qu'il fait, un ignorant voit la souffrance infligée et ne peut s'empêcher de la ressentir. Un ignorant connaît la gravité d'une "punition". Un ignorant ne devient pas un docteur de la foi, un père de famille travailleur, un oncle qui recueillit une orpheline. Un être humain le peut: un humain peut décider de faire souffrir ou de soigner. Un humain en bonne et due forme va CHOISIR de défigurer une personne, de l'enterrer vivante, de l'infibuler.

Qui veut de ces sociétés où la haine et le conformisme sont les seuls maîtres?

Pas moi. N'acceptons pas cela ici ou ailleurs, maintenant ou dans le futur. C'est notre combat de dignité humaine.


Références:

Extrait de la video sur les attaques à l'acide

Monday, January 23, 2012

Alice fuyait son bonheur - 32

Roger: I alone can sell his carburator, and he knows it very well as he came to me in the first instance.
Alice: So make him a honest offer.
Roger: Alice, you dont know about business... but I love you.
Alice: Surgery can save Brevan's sister; she is almost blind. He works in a garage to provide for all.
Roger: Oh please, dont make me cry.
Alice: That is my intent... I want 50,000 francs for them...
Roger: This is madness!