Tuesday, May 29, 2012

Un survivant du massacre de Houla raconte

Ils sont arrivés en blindés et il y avait aussi des tanks. Ils ont tirés 5 fois dans la porte d'entrée de notre maison. Ils ont dit vouloir Aref et Shawki, mon père et mon frère. Puis ils ont demandé où était mon oncle, Abu Haidar. Ils connaissaient bien son nom.
Tremblant de peur, le garçon s'éloigna de l'entrée de sa maison alors que des hommes armés tuaient méthodiquement chaque membre de sa famille devant lui.

Ma mère hurlait: "Que voulez vous à mon mari et à mon fils?". Un homme, chauve et portant une barbe, la mitrailla de haut en bas à partir du cou. Ils tuèrent alors ma sœur Rasha, avec la même mitraillette. Elle avait cinq ans. Ensuite, ils tirèrent dans la tête de mon frère Nader et dans son dos. J'ai vu son âme quitter son corps, juste devant moi.
Ils m'ont tiré dessus, mais la balle m'a manqué et je n'ai pas été touché. Je tremblais tellement que je pensais qu'ils m'apercevraient. Je me suis barbouillé le visage de sang pour passer pour mort.

...En sortant de la maison, le garçon dit que les hommes en armes trouvèrent les 3 hommes qu'ils recherchaient. Ils les exécutèrent. "Ils ont tiré sur mon père et sur mon oncle. Puis ils ont vu Aref, mon grand frère, près de la porte. Ils l'ont aussi tué."

Ma traduction. Expressions mises en caractères gras ou italique par moi-même.
Source en anglais: Guardian online http://www.guardian.co.uk/world/2012/may/28/houla-massacre-survivor-boy-syria

Mon commentaire: un mot qui est prononcé dans l'article d'origine est celui de Shabiha: des groupes paramilitaires qui ont maintenu Assad au pouvoir, et ont été développés par ce dernier. Ils auraient perpétrés ce massacre, allant systématiquement de maison en maison, tuant des familles entières. De plus, ces groupes sont également connus pour la perpétration de viols de mineures, mutilations et autres tortures. Ils n'en n'ont pas le monopole dans le monde, mais ils sont chargés d'appliquer la terreur contre les rebelles anti-Assad. Combien de temps la RUSSIE et la CHINE vont-ils pouvoir tenir leurs politiques pro-Assad?




Sunday, May 27, 2012

RodneyVision: Eurovision @ Azerbaijan

I was a big fan of the Eurovision song contest, every year I watched it, and even sometimes had a party to celebrate along. However, this year I won't be watching it. This year its organisation has gone one dictatorship too far: Azerbaijan (I guess that was already the case back in 2008). The show, by default, will condone the regime, unless artists decide to show their support to the people of Azerbaijan. And so I was rather angry most morning about this, and eventually decided to craft this video clip in the course of a few hours (I have to apologize for the many glitches in it) to vent my resentment by doing an illustration of the Eurovision seen from "the other side".

J'étais un fan de l'Eurovision jusqu'à aujourd'hui, mais l'organisation cette année (en fait, depuis 2008) est allée trop loin dans le "déni de dictature", et donc, je ne verrai pas ce soir Anggun se lever fièrement au nom des droits de l'homme et se baillonner en signe de protestation...
Afin de me calmer, j'ai réalisé ce petit film à la va-vite cet après-midi (il reste encore des glitches dedans...). Je vais mieux maintenant que ce film est posté, mais ce n'est pas le cas de l'Azerbaidjan.

Il faudra revoir cette liste des pays participants à l'Eurovision...





(Music "Sabina Babayeva-When The Music Dies" (c) EMI)