Saturday, August 18, 2012

From London with Love: Auto-portrait / Self-portrait II

As part of the exhibition in Mézel, it was also asked of the artists to present a self-portrait. Here is a picture of what I did, in-situ at the entrance to the show (there will be a better quality photo when I get the piece back home via London...). It is a collage on postcard and cork board called "From London with Love":

From London with Love

Pour l'expo de Mézel, il avait été demandé à chaque artiste de produire un auto-portrait, affiché à l'entrée. Voilà ci-dessus ce que j'ai réalisé, la photo n'est pas terrible, il y en aura une de mieux dès que je récupère mon travail. C'est un collage sur carte postale et tableau en liège intitulé "From London with Love".

Info sur l'expo / Info on the exhibition:
http://jmj-on-dehiscence.blogspot.fr/2012/08/correspondances-installation.html

Friday, August 17, 2012

Thursday, August 16, 2012

Correspondances: first feedback

Today was the first day of the exhibition where "Correspondances" is shown. The visitors who tried did get what I was communicating with them, one even said she felt downright anxiety and relief throughout the short.

You can watch my short report here on YouTube.

Or use the player below:


Tuesday, August 14, 2012

Correspondances: installation

Recto
(english version: scroll down)

Pour un exposition ayant lieu à Mézel (Alpes de Haute-Provence) du 16 au 20 Août 2012 sur le thème de l'auto-portrait, j'ai réalisé une oeuvre multimédia: un panneau en bois représentant une porte et un court-métrage, le tout s'intitulant "correspondances".

L'auto-portrait ultime est ce que vous allez voir en regardant ce film court. J'ai décidé de montrer un de mes rêves, révélateur s'il en est du portrait d'une personne ! Si pendant la journée nous n'utilisons que 10% de notre cerveau, la nuit nous offre l'occasion de vivre les aventures infinies de l'inconscient, avec un richesse expressive que notre vocabulaire de peut commencer à décrire. Certaines situations on l'air de se reproduire plus que d'autres en ce qui me concerne : des labyrinthes de pièces, des dédales de rues et de portes, poursuivant quelque chose d'inconnu et important, ou bien étant moi-même poursuivi.


Verso
Un rêve est aussi émotionnellement réel que n'importe qu'elle action de la journée : qui ne s'est jamais réveillé angoissé un matin, ou bien rempli d'énergie ? L'idée de la porte rêvée devient une sculpture dans notre monde « réel », et sa mise au réel à engendré dans ma psyché une suite de remous : c'est une boucle de feedback. Toucher du doigt cette « porte » en bois, c'est toucher un symbole de mes rêves. Par la même, votre imagination commence son travail à créer sa propre porte dans votre esprit, votre propre représentation, ainsi votre esprit ouvre ma porte imaginaire sur un aspect intime de ma personne.

Afin de garder un côté primitif (dans le sens du rêve comme fonction ancestrale de notre cerveau), mon approche est calquée sur l'arte povera, réutilisation de bois, matériaux industriels (aluminium), récupération de fins de bouteilles (brou de noix par exemple) etc. La musique du film est de Scelsi, « l'âme ailée », un compositeur italien tourné vers une exploration spirituelle et orientalisante de sa musique, et qui cherchait à communiquer une vision transcendantale de la réalité.


Watch the video now / Regardez mon court-métrage

Here is the ultimate self-portrait in that short movie. I have decided to show you a very revealing dream of mine. It is said that during the day we are using only 10% of our brain (and certainly less at about pub closure time), at night however we have the opportunity to live to the full of our unconscious, communicated in a non-verbal way. Some situations are reoccurring in my dreams: labyrinths of intricated rooms, empty menacing streets and endless doors, running after something unknown yet important, or being the prey to something big.

Emotionally, a dream is as real as the real "thing": have you ever woken up panicked, anxious about  a relative for instance? In my installation, the idea of the dreamed door becomes a reality by becoming the sculpture (wooden panel); thereon, its existence in the real rippled in my psyche to create new "forms" in a feedback loop. Then, to touch this wooden door is to touch one of my dreamt symbols, and you doing so generated in your own mind a model for this door, with your own affects attached to it. So your imagination opened its door to a perception of one of my intimate dreams.

To keep a primitive approach, whereby our dream-world is an ancestral function of our brain, I tended to imitate the Arte Povera process and reuse stuff (wood panel, industrial coating etc.). The music is by Scelsi (l'âme ailée), an Italian composer who used music to explore his spirituality, to communicate his transcendence of reality.