Saturday, May 16, 2015

Chèvre, 1931

Pour l'Art de Mai, organisé par le conseil départemental des alpes de haute-Provence, je viens de réaliser une chèvre, installée au restaurant locavore "le pressoir gourmand" (Mézel).

L'association "les plasticiens d'ici" a décidé d'interpréter le thème de l'art de Mai,
« Comment illustrer l’œuvre d’Alphonse Daudet aujourd’hui ? » pour le 150ième anniversaire des lettres de mon moulin, en choisissant  l'histoire de la chèvre de M. Seguin.
Dans notre version du récit cependant, notre chèvre s'émancipe du joug moral du fermier et de ses peurs du loup; utilisant son intelligence, son obstination et son agilité, elle s'échappe au lieu de vouloir en vain le combattre.
Par un fait du hasard, l'actualité rejoint notre exposition, quand le projet de loi Rebsamen mettrait en danger l'égalité professionnelle homme-femme, comme le dénoncent plus de 40 collectifs et associations (voir Osez le féminisme: communiqué de presse).



Ma chèvre est en 1931, elle part de Saint-Auban pour aller visiter d'autres cieux que ceux, dangereux, de l'usine. Les couleurs franches et primaires évoquent les prairies traversées, sous un soleil provençal ou asiatique, trônant sur un écrin de ciel bleu. Ces couleurs sont aussi celles des pays qu'elle a visités, en 1931, dans un périple qui reflète les nationalités présentes sur l'usine arkéma (anciennement péchiney) à Saint-Auban. Le but originel de cette usine étant de produire des gaz asphyxiants, notre chèvre avait bien besoin d'air pur !

Malgré les accidents industriels et environnementaux, certains ouvriers sont restés et se sont intégrés, enrichissant notre territoire de leurs histoires et de leur dévouement.

Sur environ 30 nations représentées sur notre territoire à ce moment là, saurez-vous reconnaître les 19 que ma chèvre représente ?