Friday, July 15, 2016

14 Juillet 2016: meurtres sur la promenade des Anglais


 

Cette tristesse que je ressens pour ces gens fauchés et leurs familles, c'est de l'empathie, c'est une arme que les fous de dieu, quel que soit leur bord, n'ont pas, et c'est celle que nous devons tous utiliser, pour mettre fin aux divisions arbitraires entre humain, pour nous guider vers des solutions humaines et généreuses, loin du patriarcat, loin des divisions et des violences, qu'elles soient le fait de psychopathes, de religieux ou des appareils d'états.

Étendons notre empathie aux réfugiés qui ont quotidiennement souffert, et depuis des années, ce que nous soufrons maintenant; étendons notre empathie aux familles en France abandonnées par la solidarité nationale; empathie pour ces gens qui ont peur de l'autre et se réfugient dans l'exclusion; empathie encore pour ces canots de sauvetage qui sombrent chaque nuit.

Prenons quelques minutes pour voir le monde avec les yeux de l'autre, avec ceux du tueur, avec ceux des victimes où qu'elles soient, avec ceux des politiques qui s'acharnent à rester au pouvoir, avec ceux des enfants qui grandissent et qui nous demanderont: dans quel état est ce monde que tu m'as légué!

L'empathie nous différencie de ceux qui, intégristes suicidaires, catholiques aveugles, chemises brunes de l'exclusion, libertaires individualistes, prônent le repli et la haine de l'autre: l'autre, c'est une version de soi-même, quelqu'un que nous aurions pu devenir si notre environnement avait été autres, nos circonstances différentes. L'empathie nous inclus depuis le coeur de nos vies, où elle prend racine: nous pensons à l'autre et projetons nos malheurs et "malêtres" sur eux dans un premier temps: les haïr alors, c'est que nous nous détestons nous-mêmes. Puis, ce petit enfant noyé, cadavre salé et froid au petit matin sur du sable humide, est un "fils de": recouvert des larmes de ses parents, noyé dans l'amour il y avait encore quelques jours. Puis, cet homme au regard défiant, à XXMille, n'est pas un voleur de pain, mais un réfugié, rescapé d'atrocités, un médecin, ou un peintre en bâtiment, qui veut vivre en paix, comme nous tous. Puis, nous mêmes,  quel bien pouvons-nous nous faire en ce temps où les valeurs qui nous unissent, la fraternité, la liberté et l'égalité, sont rongés par les exclusions, nos égoïsmes et nos sentiments d'impuissances? Aux armes citoyens: l'empathie est ton arme absolue, ton champ d'action c'est autour de toi jusqu'aux confins du globe!